L'ARN messager

Le journal des étudiants et étudiantes en sciences biologiques de l'Université de Montréal

Rafflesia arnoldii, la plus grande fleur du monde

Rafflesia arnoldii est une espèce d'angiospermes présente sur les îles de Sumatra et Bornéo en Asie du Sud-est. Elle a la caractéristique...

Il était une fois le fromage…

Vous souvenez-vous de maître Corbeau et maître Renard qui, par leur goût prononcé pour les bonnes choses, entamèrent une légère rivalité pour...

Le VIH: une autre pandémie

Il n’est jamais bon d’entendre parler du même virus pendant trop longtemps... Une alternative au sujet du SARS-CoV-2: le virus d'immunodéficience humaine...

Briller comme une méduse

Les idées brillantes des scientifiques peuvent finir par se concrétiser de deux manières : soit c’est un accident opportun imprévu, soit c’est...

Des harengs péteurs: mythe ou réalité?

Dans les années 2000, une découverte fit grand bruit parmi la communauté scientifique quand trois chercheurs marins révélèrent l’origine de petits gazs...

Au nom de l’association étudiante de biologie de l’UdeM : un mémoire contre le projet GNL-Québec

Pour manifester son opposition à la réalisation du projet GNL-Québec, le Comité-Environnement de l'Association Étudiante de Biologie de l'Université de Montréal a...

Tous nos articles

Retournez dans l'histoire de l'ARN messager et ses collaborateurs.

Projet GNL-Québec, une polémique environnementale

le tracé du Gazoduc fragmenterait les habitats naturels d’environ 17 espèces vulnérables/en voie d’extinctionSource: Le Devoir Alors que la...

Le poisson qui n’avait pas dit son dernier mot

Peut-on seulement imaginer à quoi ressembleraient la stupeur et les échanges entre deux scientifiques des années 1930 venant de découvrir un spécimen...

Warnowiaceae: le protiste qui avait l’œil

Chers lecteurs, notez bien que cet article est raconté comme une histoire, parce que les événements qui suivront sont dignes d’un conte...

Un nouveau souffle?

Est-il permis, d’être optimiste, et d’observer un côté positif de la situation, en ces temps sombres ? À l’heure où les médias sont saturés par les nouvelles relatives au COVID-19, un nouveau sujet se fraye une place dans les informations : les effets du virus sur l’état mondial des écosystèmes.

La paresse évolutivement acceptée

La paresse dans le monde du vivant ne semble pas être un mal, un vice ou un péché, mais au contraire, un...

La résilience des chauves-souris

Depuis le début de la crise actuelle liée à la Pandémie de la COVID-19, un ordre de mammifères autre que les humains...